4 auteurs brésiliens d’actualité à ne pas rater

La littérature est un excellent outil pour compléter l’apprentissage d’une langue. Les livres facilitent un rapport intime avec la culture qui entoure les auteurs, et cela peut nous aider à mieux comprendre les bases linguistiques sur lesquelles reposent une langue. 

Clarice Lispector, Machado de Assis, Jorge Amado… Les auteurs brésiliens classiques sont nombreux – et déjà connus par la plupart des enthousiastes littéraires. Mais qui sont les plus grands auteurs et penseurs brésiliens de nos jours? 

Ci-dessous, on vous présente 4 noms d’actualité qui inspirent le courant intellectuel contemporain au Brésil. La plupart d’entre eux sont déjà publiés en France, donc à vous de choisir une lecture en portugais ou en français. Évidemment, la lecture en portugais peut rapporter énormément de vocabulaire. Mais si vous ne vous sentez pas encore à l’aise pour cela, une lecture en français est aussi enrichissante du point de vue culturel et va sûrement vous rapprocher du portugais et du Brésil.

1. Ailton Krenak 

Novembre 2015. À Minas Gerais, état du Sud Ouest du Brésil, un immense barrage s’effondre. Cette rupture produit un tsunami de boue toxique qui dévale plus de 500 km. Des villages, des réserves indigènes, la faune locale: tout est détruit par la boue.
Le barrage qui a cédé, c’était un stockage de déchets toxiques d’une mine de fer. Cette méthode de stockage en couches est la plus avantageuse économiquement parlant, mais elle est interdite dans la plupart du monde, vu son risque élevé de provoquer de gros dégâts environnementaux. Certains appelleraient cet évènement une catastrophe environnementale, mais pour d’autres il ne s’agit pas du tout d’un accident. C’est un crime contre l’humanité, avec des coupables qui peuvent facilement être nommés: le gouvernement brésilien et la Samarco, la plus grande compagnie minière du Brésil. 

Ailton Krenak est issu du peuple krenak. Ce peuple autochtone habitait déjà les marges du Rio Doce, Rivière Douce, bien avant l’arrivée des portugais. Cette rivière était leur principal moyen de subsistance. Mais, du jour au lendemain, la boue a avalé tout le Rio Doce. L’eau est contaminée, il n’y a plus de poissons, et toutes les récoltes locales sont ravagées. Par ailleurs, dans plusieurs cultures amérindiennes, les rivières sont des entités sacrées et vivantes. Les Indiens leur parlent, leur demandent de la protection et des conseils. Donc, ils sont touchés par cette destruction aussi au niveau spirituel. 

Suite à cette tragédie immensurable dont son peuple est victime, les grandes lignes de pensée d’Ailton Krenak sont rassemblées dans le livre “Idées pour retarder la fin du monde”, qui vient d’être paru en France. Sur ce livre, ce grand activiste du mouvement indigène critique l’idée d’humanité séparée de la nature, d’une humanité qui n’est pas capable de reconnaître que “cette rivière en coma c’est aussi notre grand-père”. En ce moment d’inquiétudes profondes par rapport au futur, les mots d’Ailton Krenak sont plus importants que jamais.

2. Sidarta Ribeiro 

Rétablir l’intérêt des sociétés par leurs rêves. Voilà ce qui peut retarder la fin de l’espèce humaine, selon Sidarta Ribeiro. Dans son livre “Oráculo da Noite”, L’Oracle de la Nuit, (encore sans traduction officielle en français), ce neuroscientifique nous invite à découvrir l’importance des rêves dans plusieurs sociétés. Si aujourd’hui nous ne faisons guère attention au film qui se passe chaque soir dans nos têtes, ça n’a pas toujours été comme ça. Dans le passé, les grecs et romains faisaient appel à leurs rêves pour prendre d’importantes décisions politiques. Depuis des milliers d’années et jusqu’à aujourd’hui, les cultures amérindiennes perçoivent leurs rêves comme prophétiques. C’est autour d’un grand feu que les tribus chamaniques discutent de leurs rêves et les interprètent. Les “simples” rêves d’un chaman (xamã) ont le pouvoir d’orienter tout un peuple.

Pour Ribeiro, les rêves fonctionnent comme des oracles. Ce sont les expériences qu’on a déjà vécues qui créent nos rêves. Donc, si on fait attention à eux, ils peuvent nous aider à prendre des décisions futures avec plus de sagesse. Pour lui, les messages transmis par  les rêves ne peuvent qu’être saisis en contexte. Si on essaye d’interpréter un rêve d’une seule nuit, isolé, il peut être très difficile à comprendre. Or, l’auteur affirme qu’on doit interpréter nos rêves rassemblés. Par exemple, le rêve qu’on a fait le mardi est plus facile à saisir quand il est mis en rapport avec les rêves qu’on a fait le lundi et le mercredi. C’est comme si nos rêves étaient un récit, une histoire constituée de plusieurs pièces qui s’assemblent au fil des jours. 

Histoire, Géographie, Psychanalyse, Neurologie, Biologie Moléculaire: différents savoirs s’entremêlent dans l’Oracle de la Nuit. Le livre a été publié en 2019, mais son importance est telle qu’il est déjà considéré par beaucoup comme la plus grande étude autour des rêves depuis Freud. Ce qui le distingue, c’est surtout les visions et cosmologies amérindiennes qu’il ajoute à ce débat, et qui nous apporte tout un autre regard sur le sujet. 

3. Conceição Evaristo 

Cette figure emblématique de la littérature afro-brésilienne est la première femme noire a recevoir le prix Jabuti, le plus important prix littéraire au Brésil: « En tant que femme noire, on attend de moi que je sois bonne au lit, bonne cuisinière, bonne danseuse mais sûrement pas écrivain, intellectuelle et productrice de savoirs ». 

Née dans une favela à Minas Gerais, Evaristo vit une enfance modeste. Autodidacte, elle a énormément lu tout au long de sa vie, y compris en français. À l’âge de 24 ans, elle déménage à Rio de Janeiro et réussit un concours. Cet événement marque le début d’une longue carrière littéraire. 

Dans son œuvre, Conceição Evaristo efface les frontières entre réalité et fiction. L’écriture est pour elle un acte de résistance. Sur ces nouvelles, poésies et romans, elle dévoile les préjugés racistes et misogynes à l’égard des femmes noires. 

La plupart de ses livres ont déjà une version française, comme le roman “Banzo – Mémoires de la Favela”, et les nouvelles “Insoumises” ou “Ses yeux d’eau”.

4. Eduardo Viveiros de Castro 

Un des plus influents anthropologues au monde. L’œuvre d’Eduardo Viveiros de Castro se rapproche de celle du français Bruno Latour. Il est fasciné par la puissance conceptuelle du mode de vie de la société indigène. Sa recherche est surtout centrée sur l’Amazonie et les peuples autochtones. À sa jeunesse, Eduardo a travaillé avec Claude Lévi-Strauss. Il le considère comme sa principale influence.

Pour commencer à découvrir cet auteur, on vous suggère “L’inconstance de l’âme sauvage” et “Métaphysiques cannibales”, les deux oeuvres sont déjà publiés en français.